Actualités

La Semaine Sainte au Séminaire

Nous voici arrivés au terme de notre désert, le carême touche à sa fin et nous entrons en Semaine Sainte avec la messe du Dimanche des Rameaux. Premier jour de la Semaine Sainte, le Dimanche des Rameaux fait mémoire de l’entrée triomphale du Christ dans Jérusalem qui préfigure la Gloire de Sa Résurrection. 

“ À mesure que Jésus avançait, les gens étendirent leurs manteaux sur le chemin. Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! » Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »” Lc 19, 36-40 C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions) et acclament le Roi des rois qui monte à Jérusalem.

Cette procession, cette montée à Jérusalem se terminera avec la Croix, alors accompagnons le Christ sur le chemin de Sa Passion ! 


Trois jours se sont écoulés, et nous sommes  Jeudi Saint, et comme chaque matin du Triduum, nous prions l’office des ténèbres. C’est dans cette chapelle du séminaire éclairée seulement par ce candélabre à 7 chandelles et un soleil se levant timidement que résonnent les voix des séminaristes psalmodiant. Le choix des psaumes met en évidence les douleurs de la Passion de Jésus-Christ, le Jeudi saint, au Jardin des Oliviers; le Vendredi saint, devant les tribunaux et au Calvaire; le Samedi saint, au Sépulcre. A la fin de chaque psaume, une chandelle est éteinte pour n’en laisser plus qu’une. 

La messe du soir, appelée la Cène, commémore le dernier repas que Jésus a pris avec Ses disciples, Ses amis, “je ne vous appelle plus mes serviteurs mais mes amisJn 15,15  au seuil de la nuit où Il devait être livré. Jésus institue ce soir-là l’Eucharistie “Ceci est mon corps […] ceci et mon sang” ainsi que le Sacerdoce ”Vous ferez cela en mémoire de moi”. Il annonce que Sa Présence demeure vivante dans le sacrement de Son Corps et de Son Sang.

A la fin de cette messe, la réserve eucharistique est transportée solennellement au Reposoir afin que l’on puisse s’y recueillir au long de la nuit, rappelant ainsi les heures de l’agonie du Christ, dans la solitude du jardin des Oliviers. La tradition liturgique rappelle ainsi les mots de Jésus à Gethsémani : “Veillez et priezMatthieu 26, 41. La messe est suivie par l’Heure Sainte puis par une nuit d’adoration où les séminaristes se sont relayés pour veiller auprès du Seigneur. 

Tu te lèveras pour te prosterner avec moi, pour adoucir en quelque façon l’amertume que Je sentais de l’abandon de mes apôtres qui m’obligea à leur reprocher qu’ils n’avaient pu veiller une heure avec moi, et pendant cette heure, tu feras ce que Je t’enseignerai.Apparition de Jésus à Sainte Marguerite Marie  à Paray-Le-Monial. 


Nous y voilà, Vendredi Saint, jour où tous les chrétiens commémorent l’arrestation, le procès et la mort de notre Seigneur sur la Croix. Ce jour est liturgiquement marqué par le chemin de croix. Trahi par son disciple Judas, le Christ est arrêté. Il est accusé de semer le désordre par Ses enseignements et surtout d’usurper le titre de Messie, c’est-à-dire de Fils de Dieu envoyé pour sauver les hommes. Interrogé par Ponce Pilate (gouverneur romain de la région), flagellé par les soldats, Il est condamné à être cloué sur une croix – supplice alors réservé aux crimes contre l’empereur et l’institution romaine.

Le chemin de croix qui accompagne Jésus vers sa mort est une contemplation active qui veut aider chacun à entrer dans le mystère de l’amour de Dieu, manifesté en son Fils. D’autre part, dans l’intercession pour le monde tel que Jésus l’a vécu en s’offrant sur la croix, une telle démarche ne peut se faire que dans la perspective de sa Résurrection à Pâques. Le chemin de croix apparaît donc comme un pèlerinage « en esprit », c’est pourquoi il touche celui qui l’entreprend sous trois aspects, tant physiques que spirituels : la marche, la méditation et l’intercession. Jésus par Son chemin de croix nous donne un exemple, ne soyons pas découragés, n’ayons pas honte de notre croix, embrassons-la comme Jésus l’a fait et prenons cette clef qui nous donne accès au ciel !

Le chemin de croix est suivi de l’office de la Passion. Cet office nous tourne principalement vers la Passion de notre Seigneur, vers Sa croix. Lors de cet office, après la proclamation de la Passion selon saint Jean le prêtre nous présente la croix, la croix qui a porté le Salut du monde, afin que nous venions l’adorer. S’enchaîne alors la vénération de la croix, temps où l’on peut adorer, vénérer cette sainte croix qui à porter notre Sauveur, qui a été ointe du sang du Dieu vivant, pour notre Salut.


Nous sommes maintenant dans le grand silence qui suit la mort de notre Seigneur, et le soleil du Samedi Saint se lève sur notre séminaire qui lui,reste dans l’attente d’un autre soleil , la lumière de nos vies. 

Après une journée de silence, de prière, de recueillement et de préparation que sonne  l’heure de la Vigile Pascale.

Au moment où le soleil se couche , un grand feu est allumé à l’extérieur, c’est le feu Pascal .Il nous rappelle que Dieu est feu d’amour et lumière. Le nouveau cierge pascal, qui symbolise le Christ ressuscité, y est allumé. Commence la procession de la lumière qui pénètre dans la chapelle obscure et qui manifeste la sortie des ténèbres à la suite du Christ. 

 Une longue et très riche liturgie de la Parole qui évoque toute l’histoire du salut rythmé la Vigile. Chaque texte met en évidence un aspect du mystère pascal, en le référant au baptême qui incorpore au Christ ressuscité. Le rituel propose sept lectures. Au moment du Gloria solennel, on fait sonner joyeusement cloches et carillons qui sont restés silencieux depuis le Jeudi Saint. L’Évangile marque le sommet de cette liturgie de la Parole en nous relatant le jour où les saintes femmes ont trouvé le tombeau vide.

Traditionnellement il y a, au cours de cette même messe, des baptêmes. L’eau baptismale est bénie avec le cierge pascal qui vient d’être allumé en début de célébration. Les baptêmes d’adultes à Pâques reprennent une tradition qui existait déjà au premier siècle. Les catéchumènes profitaient alors du temps du Carême, durant lequel les chrétiens commémorent le jeûne du Christ au désert, pour se préparer au baptême pendant les 40 jours précédant Pâques. Et par le baptême, ils passent des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, comme le Christ, le jour de Sa résurrection.

C’est le Concile de Nicée en 325 qui, entre autres décisions importantes, arrêta l’art et la manière de fixer la date du Dimanche de Pâques : ce serait le premier dimanche après la pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps, le 21 mars. Dès lors, Pâques tombe au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril.

Pâques est pour nous, chrétiens, une fête qui commémore la résurrection de Jésus. Le mot Pâque vient de l’hébreu Pessa’h, le passage, devenu pascha en latin. Pessa’h célèbre la fuite d’Égypte du peuple juif et le passage de la Mer Rouge. Fête juive et fête chrétienne portent le même nom, mais Pâques se dit au pluriel chez les Chrétiens depuis le XVIe siècle, pour se distinguer de la fête juive et pour évoquer à la fois la passion, la crucifixion et la résurrection de Jésus, cela marque aussi que le Christ a accompli la pâque de toutes les Pâques.

Une semaine Sainte vécue dans l’espérance et le recueillement avec la joie de la résurrection dans le cœur de tous.

Merci à toute l’équipe de Liturgie qui  a travaillé à rendre si belles ces célébrations, merci aux schola polyphoniques et grégoriennes pour ces chants qui nous ont poussé a encore plus de piété. Merci à l’équipe “d’ornementation” qui a magnifiquement décoré la chapelle. Merci à l’équipe qui a permis de diffuser en direct les messes et offices de cette sainte semaine. Merci aux prêtres pour le don de leur vie qui nous inspire toujours autant. Enfin, merci à chacun pour son implication diverse et variée tout au long de la semaine Sainte.

LE CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITÉ !!!! ALLÉLUIA !!!

Article et photos par Jean-Baptiste Bellido

Tous droits réservés Séminaire de l’Immaculée Conception 2020

Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
En savoir plus

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !