Actualités

Chronique dans le feu de l’action – Fête du Séminaire 2016

« A vos marques, prêts, partez ! ». Jean, vêtu d’un tee-shirt frappé d’un superbe « I love Jésus », coordonne les opérations : la fête du séminaire à lieu dans trois jours, il faut préparer la maison. Trois jours, le temps d’une résurrection. Rien ne doit être laissé au hasard : les couloirs, les classes, les escaliers, les vitres, tout y passe. Pour le parc, la tâche n’est pas moindre : d’immenses bâches servent à ramasser les feuilles de platanes. Ils sont beau ces platanes en été, mais en hiver, ils mettent vraiment des feuilles partout ! Les râteaux s’agitent, on égalise le gravier devant la statue de la Vierge Marie, la fête n’est-elle pas en son honneur ? Le lendemain, vendredi l’après-midi est davantage consacré au chapiteau Saint Jean-Paul II. Les servants de messe répètent, l’équipe florale fleurit, l’équipe mobilier se mobilise. En toile de fond est dressé une toile représentant le visage du Christ, lui aussi supervise les préparatifs de la fête. Attention, on place l’autel, un peu plus à droite, deux millimètres à gauche… On ne bouge plus, parfait.

Nous sommes à présent samedi, l’heure approche. Ils sont dix à franchir une étape importante : Tanguy, David, Jean, Pierre, Joseph-Marie, Fr Nathanaël, Charles-Antoine, Gerson, Jean-Eudes et Jorge-Luis. Plusieurs familles sont arrivées la veille, à présent de nombreux parents de séminaristes, de parrains/marraines et de fidèles du diocèse et d’ailleurs se dirigent vers le chapiteau qui se rempli. Foucault, Joachim et Matthieu sont sur le qui-vive. Ils accueillent une centaine de servants d’autel, venus de partout, pour leur journée diocésaine. Ils se joindront à nous dans la longue procession d’entrée. Il est maintenant 10h20, l’encensoir fume, les cierges sont allumés, la procession peut partir : l’encens, la croix, les servants d’autel, près de soixante séminaristes, les diacres et les prêtres et enfin notre évêque. Les cérémoniaires veillent au grain : en rang deux par deux, bien alignés. Depuis le chapiteau nous entendons Médéric qui, de sa trompette, accompagne le chant d’entrée. On doit rajouter des chaises pour les prêtres comme pour les fidèles, il est bon de sentir le soutient de tout le diocèse.

« A l’appel de votre nom vous répondrez : me voici » annonce le diacre. Et chacun son tour s’avance : « Me voici ». L’évêque remet aux institués lecteurs l’Evangile, les acolytes reçoivent du pain et du vin, ils pourront préparer l’autel avec les diacres dans quelques instants. Que de chemin parcouru, quelle est belle la route qui se montre à l’horizon.

A la fin de la messe le séminaire se regroupe pour chanter d’un seul … chœur l’Agni Parthene hymne à la Vierge Marie aux sonorités orientales. Puis la procession se rend auprès de la statue du la Sainte Famille pour la bénir, un jeune servant est même choisi pour présenter le rituel à Monseigneur. Qu’il est beau de montrer que toute la Sainte Famille veille sur le domaine de la Castille ainsi que sur tous ceux qui y passent.

Vierge Marie, veillez sur vos enfants qui se préparent au sacerdoce, intercédez auprès de votre fils pour que naissent de nombreuses vocations.

Chroniqueur : Augustin de Malet



Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
Parrainez-les !

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !