Pourquoi donner sa vie à Dieu

Témoignages ordinations diaconales et sacerdotales de 2019


Témoignage de Martial MerlinAbbé Stéphane MERLIN


Témoignage d'Augustin de Malet



Témoignage de Pierre-Guilhem Chapotin

(NDLR : cliquer sur sa photo à gauche pour avoir une vision pastorale)

En l’an 2000 j’avais 17 ans, et mes parents m’ont offert un voyage à Rome, pour participer aux JMJ, avec le pape Jean-Paul II. Pour moi c’était l’Italie, les glaces et les pizzas, mais ce fut la découverte de l’adoration eucharistique, de la prière, de l’Eglise, de la charité chrétienne. Cette expérience fondatrice s’est enraciné petit à petit en moi, notamment grâce à l’accompagnement sur ma paroisse avec la congrégation Saint Jean, et j’ai pris de plus en plus de responsabilité au service de l’évangélisation.

A la fin de mes études, j’ai décidé de perdre une année pour Dieu, et suis parti dans une école d’évangélisation au Brésil. J’ai fait l’expérience de la vie consacrée, en quelques mois j’étais décidé à ne plus jamais la quitter, et je suis rentré au séminaire de la Castille dès mon retour en France !

Mon plus beau moment de séminariste ? Je suis parti en stage après les 3 premières années : 6 mois d’ermitage, près d’un monastère des frères de Bethléem, en solitude et en silence. Une expérience intense et dépouillante, un vrai déblocage spirituel, et au retour, bien plus d’aisance dans ma vie d'homme.

Je suis déjà depuis quatre ans en stage depuis la fin des études de théologie, dont 2 comme diacre, à Draguignan. J’accompagne divers groupe comme alpha ou les cellules, et je suis particulièrement investi dans la pastorale des jeunes : je m’efforce de les entrainer encore et toujours plus à être en quête de Dieu dans l’Eglise. J’espère surtout les aider à découvrir leur vocation.



Témoignage de Tanguy Pouliquen

A la veille de mon ordination sacerdotale, je me souviens surtout de rencontres déterminantes. A l’âge de 13 ans, lors d’un rassemblement de jeunes chrétiens, j’ai rencontré personnellement le Dieu Père. Son amour infini a suscité en moi le désir de me donner en retour. Je me rappelle aussi les nombreuses figures de prêtres marquantes : mes aumôniers à Hyères (ma ville natale), les pères du séminaire qui ont été des témoins et des maîtres, les curés de mes différentes paroisses et leurs vicaires. Je pense aussi à ma famille qui m’a soutenu dans mon cheminement, à tous ceux qui ont parrainé ma formation, aux paroissiens qui m’ont aimé et encouragé. C’est surtout la gratitude qui jaillit de mon cœur de futur prêtre. Toutes ces rencontres m’ont façonné et convaincu que celui qui perd sa vie à cause du Christ la gagne.

Témoignage de Jean-Eudes de Chalain

C’est à l’âge de 12ans que j’ai fait la rencontre décisive de ma vie, celle d’un Dieu qui nous aime et qui est vivant à nos côtés. Encore gamin, j’étais passionné par le métier de pompier. Un jour, mes parents  m’ont proposé de rejoindre la Compagnie Secouriste Sainte Barbe (CSSB), mouvement éducatif chrétien qui forme des jeunes secouristes dans l’esprit des pompiers militaires. C’est lors de mon premier camp avec l’association que ma vie a été transformée. Je venais découvrir le métier de pompier, j’ai découvert le Christ !

Dès l’âge de 14 ans, je me suis de plus en plus senti appelé à donner ma vie pour le Christ. C’est à l’âge de 16 ans, alors que j’avais commencé à me mettre au service des plus jeunes dans cette œuvre éducative, que je me suis senti appelé à suivre le Christ dans le sacerdoce. C’est en lui que ma vie trouvait pleinement sens. Il s’est révélé comme la source de ma joie, une joie profonde qui ne m’a jamais quitté depuis. Mon cœur s’est également ouvert au désir de me donner pour l’évangélisation et l’éducation des jeunes.

A 18 ans, je suis entré à la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris réalisant ainsi mon rêve premier ! S’il était premier chronologiquement, il ne l’est plus quant à l’importance ! C’est pourquoi j’ai quitté mon métier pour répondre à ma vocation. J’ai décidé d’entrer dans une communauté en fondation : les Apôtres de la Vie. Celle-ci est le fruit d’œuvres d’éducation et d’évangélisation telles que la CSSB ou Bethabara. C’est cette jeune communauté qui m’a amené à faire mes études dans cette belle région du Sud-Est, à la Castille.

Je rends grâce pour tout ce que j’ai vécu durant ces 7 années de formations. C’est maintenant dans une très grande joie que je rentre dans ma communauté à Saintes (17), dans le diocèse de La Rochelle.


Témoignage d'Alexis Angama

Je suis originaire de la Côte D’Ivoire (Afrique de l’ouest). Né de parents chrétiens catholiques pratiquants, j’ai donc reçu d’eux, depuis ma tendre enfance, une éducation chrétienne entretenue et enrichie à l’école catholique où j’ai effectué mon cycle primaire.

Déjà à 8 ans, murmurait dans mon cœur le désir de devenir prêtre. Cependant, en grandissant, au fil des années, je me refusais à écouter cet appel constamment présent. Ainsi, après mes études, j’ai été affecté en 2001, à l’Institut National Polytechnique à Yamoussoukro (capitale politique de la Côte d’Ivoire) comme Assistant social. Il y avait dans ce grand institut de formation supérieur, une forte communauté catholique dans laquelle j’étais engagé. C’est là que j’ai vécu une profonde expérience qui m’a fait redécouvrir l’amour du Christ pour moi et pour mes frères humains. Fort de cette expérience, j’ai pu enfin accueillir, dans la joie, cet appel à suivre le Christ de plus près au service de mes frères et sœurs dans l’Eglise.

C’est alors qu’en décembre 2002, après avoir rendu ma démission à la fonction publique, je suis entré en formation en vue du sacerdoce ministériel. Cette aventure m’a conduit sur biens des chemins jalonnés d’épreuves et d’expériences douloureuses (comme dans tous les états de vie d’ailleurs), mais avec beaucoup plus de joie de me savoir profondément aimé de Dieu.

Aujourd’hui en 2019, par la grâce de Dieu, mon cheminement dans la formation en vue du sacerdoce ministériel se poursuit ici en France, dans le beau diocèse de Fréjus-Toulon. D’un cœur reconnaissant, je rends grâce au Seigneur pour Monseigneur Dominique REY qui, aidé dans sa charge par tous les responsables de la formation des séminaristes, ne ménage aucun effort pour soutenir les vocations sacerdotales. Je voudrais aussi remercier toutes les bonnes volontés (donatrices, donateurs, marraines, parrains) qui soutiennent spirituellement, financièrement et matériellement notre séminaire de La Castille, les séminaristes et toutes les œuvres accomplies pour susciter davantage de vocations, notamment locales, pour l’Eglise en France et dans le monde.

Je terminerai mon propos en paraphrasant Paul CLAUDEL qui, de son expérience chrétienne, nous apprend que Dieu écrit droit sur les lignes courbes de nos existences. Il (Dieu) rend capable ceux et celles qu’Il appelle à sa suite. Et aujourd’hui encore, plus que jamais, le Seigneur nous appelle tous tels que nous sommes, mais il appartient à chacun de répondre à cet appel. Oser Lui répondre, c’est m’engager à sa suite, au quotidien sur le chemin, à la découverte ma vocation, et donc de la découverte du sens profond de mon existence. Puisse le Christ, par la force de son Esprit, nous y aider.


Témoignage de Frère Jacques Marie

J’éprouve une grande reconnaissance envers Dieu et ce qu’il fait pour moi. Le moine est à la fois retiré et proche de ses semblables par la prière et le travail. L’ordination comme diacre (qui veut dire « serviteur ») et l’entrée dans le sacrement de l’Ordre seront la consécration par Dieu d’une vie à son service, au service de l’évêque et des fidèles, de la Parole et de l’Eucharistie.

Frère Jacques-Marie



===========================================================

Témoignages ordinations diaconales et sacerdotales de 2018

Témoignage d'Antoine

« Si je pouvais vous partager mon expérience de Dieu, je vous parlerais d’un jour de l’automne 2001, où j’ai fait l’expérience de l’amour de Dieu. J’avais 20 ans, et je venais d’entrer en école de commerce à Rennes après deux années de classe prépa. La foi de mes amis étudiants et la bonté du prêtre avec qui je m’entretenais souvent m’ont mis en chemin. Puis, il y a eu cette seconde précise où le Seigneur m’a transpercé le coeur. J’ai compris que j’étais son fils bien aimé, cela a été le virage de ma vie.

Je vous parlerais aussi d’un jour du printemps 2011, où j’ai compris que le Seigneur m’appelait. Je travaillais dans une entreprise de construction, à Paris puis à Toulon, où j’ai partagé d’excellents moments avec mes collègues. Ils m’ont souvent donné l’occasion de témoigner, comme cette fin de journée dans un bureau avec quatre ou cinq d’entre eux. Je suis rentré chez moi avec une joie immense qui ne me quittait pas. Au petit matin, j’ai compris que cette joie m’indiquait le chemin du sacerdoce… et je l’ai pris !

Si je pouvais vous parler de mon ordination diaconale, je vous parlerais du voeu de célibat pour le royaume des cieux. C’est un voeu pour dire que l’amitié du Seigneur me comble, c’est une offrande pour manifester la bonté du corps et de la création, c’est aussi un témoignage pour vous dire la puissance de la grâce de Dieu.

Et s’il fallait encore compléter cette présentation, je vous dirais que j’ai 36 ans. Je suis né à Bénodet et je suis l’aîné d’une famille de trois enfants. J’aime la mer, partir à l’aventure, jouer au Rugby Club Terre-Promise, méditer la bible et fouler la Terre Sainte.

Après six années au séminaire de la Castille à Toulon, je rentre enfin dans le diocèse du Morbihan, heureux de vous retrouver et de servir notre Eglise !»

Tanguy

Témoignage de Tanguy

Je m’appelle Tanguy Pouliquen. J’ai 28 ans. Breton par mon grand-père, je suis cependant originaire d’Hyères, ma ville natale. C’est dans le milieu paroissial, plus particulièrement celui de mon aumônerie de jeunes, que le désir de devenir prêtre diocésain s’est creusé en moi.

Mon expérience de l’amour de Dieu, à travers la vie donnée de mes aumôniers, m’a dévoilée la bonté du sacerdoce. Oui, c’est une bonne chose d’être prêtre. Je suis entré au séminaire après l’obtention d’une licence d’art du spectacle, option cinéma, à Aix-en-Provence.

J’ai la conviction que seule la suite du Christ Jésus dévoile le sens de la vie. Si la perspective d’entrer au séminaire m’effrayait un peu, j’aurai regretté de ne pas risquer cette aventure. Il y a de quoi penser qu’un tel engagement est folie, mais à qui irions-nous ? J’ai la conviction que seule la suite du Christ Jésus dévoile le sens de la vie. Aujourd’hui, j’aimerais collaborer à la mission confiée à notre évêque : l’évangélisation du Var.

Permettez-moi d’adresser un message aux garçons qui se posent la question du sacerdoce : Viens passer quelques jours parmi nous. Tu verras bien si notre style de vie t’attire. La porte est ouverte.

Témoignage du Père Kleverton

Le 11 Février 2017, à la Cathédrale de Maceió-Al Brésil (mon pays d'origine) le Seigneur par son Eglise m'a fait son prêtre. L' appel à cette vocation particulière à l'intérieur de l'Eglise a éveillé l'ouïe de mon âme le jour de ma première communion. Doucement toute ma vie était de plus en plus attirée par l'autel de Dieu, lieu d'Offrande & Rencontre.
Je suis membre de la Communauté Douce Mère de Dieu, une communauté nouvelle fondée le 29 Août 1989 au Brésil ; par invitation de Mgr Rey nous nous sommes installés dans le Diocèse de Fréjus-Toulon et nous y sommes depuis 10 ans.
Après ma formation initiale et mes premiers engagements au sein de la communauté j'ai été envoyé en France (le Seigneur aime bien les surprises) ; et ici en cette terre bénie et propriété de la Reine du ciel, j'ai été accueilli pour ma formation au séminaire de l'Immaculée Conception au Domaine de la Castille.
Quand je pense à ces années de formation vécues au séminaire, un mot me vient au cœur : MERCI !
Merci à chaque frère séminariste qui dans le temps qui est le nôtre accepte l'aventure d'aimer Dieu plus que tout. Merci à toute l'équipe de formation du Séminaire qui comme d'excellents jardiniers cultivent dans la vie de chaque séminariste les richesses humaines, spirituelles et intellectuelles qui ont été déposées en nous par le Créateur pour correspondre avec générosité à son appel.
Merci à vous, les parrains et marraines, qui par la prière et la générosité de vos cœurs permettrez que le séminaire de l'Immaculée continue à garder ses portes ouvertes pour accueillir, former et offrir de nouveaux prêtres, pour la France et pour le monde.
Quant à moi, je reste en France en tant que prêtre pour l'évangélisation des nouvelles générations.
Que Dieu vous bénisse ! "Stat Crux, dum volvitur orbis"

Pourquoi se consacrer à Dieu ?

Pourquoi tout quitter pour Lui ? Si vous avez des questions, nous sommes là pour en parler : n’hésitez pas à nous contacter !

Contactez-nous !

Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
En savoir plus

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !