Actualités

Faire oraison, vivre l’oraison…

Le premier devoir du séminariste est de cultiver une plus grande intimité avec le Seigneur. En vivant cette union avec Dieu, le séminariste découvre sa pauvreté, et entre dès lors en cette marche exaltante et exigeante à la fois à la suite du Christ.

La prière silencieuse n’est pas une activité parmi tant d’autres, mais doit être pour celui qui s’est consacré à Dieu le cœur de sa journée. Chaque matin, nous nous rassemblons devant le Saint Sacrement pour vivre cette rencontre personnelle avec le Seigneur. Parfois dans l’exaltation amoureuse, souvent dans le désert, quelque fois dans le sommeil, la prière silencieuse purifie et unifie notre vie de séminariste.

Quand la prière communautaire s’intériorise et devient un silence intérieur, faire oraison devient vivre l’oraison. Les études, l’apostolat, les services communautaires, les temps fraternels se vivent de manière plus intense en présence du Seigneur. « Il faut toujours prier comme si l’action était inutile et agir comme si la prière était insuffisante. »

Joachim Thinh Nguyen

Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
Parrainez-les !

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !