Actualités

En avant la rentrée !

A propos du moment si particulier qu’est la rentrée, un très respectable père du séminaire, dont je tairai le nom, remarquait avec une lucide facétie : « Tout ce qu’on attend de ce jour-là, finalement, c’est de voir la tête des nouveaux !» Oui, du nouveau ! Qui n’en est pas friand ? En cette période, où tout semble donner raison au mythe païen de l’éternel retour, où tout semble recommencer comme avant, quand on est au séminaire, on guette le neuf avec avidité ! Et en guise d’innovation, qu’oserai-je énumérer ? Quelques frères, certes ! Quelques chambres ? Voilà qui devient intéressant. Quoi d’autre ? Ah oui ! Les lunettes du père Dol, notre supérieur. Excellent, le tour est fait. Nous avons maintenant le champ libre pour parler de ce qui est essentiellement nouveau ; d’un vin qui, gardé dans la fraîcheur d’une cave castillane, dégage chaque année des arômes inconnus. Je veux parler de l’immémoriale tradition du séminaire.

Et la tradition veut que tout séminariste, qu’il soit néophyte ou proche de la ruine, fasse de sa voix résonner le domaine entier. Durant toute une semaine, les platanes de la Castille ont donc vu, ou plutôt entendu, chanter une trentaine de jeunes hommes, sous la houlette érudite d’un ponte du grégorien, Marcel Pérès. Les faux-muriers de la cour intérieure, quant à eux, ont eu l’occasion d’assister aux séances d’assouplissement corporel, spectacle immanquable, mis en scène par une brillante professeur de chant et de danse, Catherine Ressaire. Ainsi, le matin nous nous égosillions joyeusement sur du chant vieux-romain du XIe siècle, tandis que l’après-midi nous offrait des moments uniques à chanter « Au Clair de la lune », les uns à la façon de bovins dépressifs pour travailler leurs résonateurs buccaux, les autres à la manière de chanteuses lyriques (au sommet de leur art) afin d’exercer…. je ne sais trop quoi, en fait… Quoi qu’il en soit, la belle complémentarité de nos deux maîtres, bien souvent plus prompts à l’hilarité que nous, aura été fort appréciée.

Ensuite, après l’incontournable participation aux vendanges du domaine, direction Lérins, bien sûr ! La sacro-sainte retraite de septembre ! Cela fait toujours son effet quand, la mine grave et l’air solennel, un vieux séminariste se met à exhorter ses plus jeunes comparses à se munir de leurs palmes, sans oublier le tuba ! Non, ne riez pas de la tradition ! Certains vont jusqu’au sacrifice de leur barbe pour empêcher l’eau de s’infiltrer dans leur masque… Si vous saviez ! Pauvre recteur, la voix empreinte d’un désespoir patent, il nous incita à prendre quand même notre Bible, rappelant qu’il s’agissait d’une retraite spirituelle. Nous nous fîmes donc à l’idée. Pour ma part, je garde l’impérissable souvenir d’un moine qui, entre deux brasses au large de l’île, me donna un enseignement sur le livre de Tobie. Comment mêler le vrai à l’agréable ! De façon plus habituelle, notre prédicateur, le père Gitton, nous entretenait deux fois par jour, avec pour thème principal : « La Rédemption en marche », ou comment nous, les hommes, pouvions participer au salut du monde acquis par le Christ. D’une douceur édifiante, ce vieux prêtre n’en était pas moins énergique, quand il nous encourageait à rejeter toute forme de médiocrité. Saint Pie X ne disait-il pas que le mal n’avait que l’ampleur que la molle tiédeur des chrétiens voulait bien lui donner ?

Et voilà que, soudain, les cours reprennent. L’ordinaire et son cortège d’habitudes nous assaillent de toutes parts. Et le Christ, à travers sa Parole et ses ministres, nous invite à tout Lui remettre pour Le laisser tout sanctifier, Lui qui, le seul, fait toute chose nouvelle.

Foucauld B.

Le stage de chant :

  150924_IMG_0013 150924_IMG_0012 150924_IMG_0015 150924_IMG_0023 150924_IMG_0031 150924_IMG_0011

Les vendanges, dans la joie et la bonne humeur :

150924_IMG_0080 150924_IMG_0068 150924_IMG_0108 150924_IMG_0161

La retraite à Lérins :

150924_IMG_0240 150924_IMG_0206 150924_IMG_0262 150924_IMG_0273 150924_IMG_0277

Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
Parrainez-les !

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !