Actualités

Amour et Vérité se rencontrent

Après des années d’effort pour gravir le mont de l’oraison et pour repousser tout ce qui l’attirait loin du Chemin, une personne que je connais bien avait connu une dégringolade stupéfiante tant par sa soudaineté que par sa violence, chute cruelle qui l’avait laissé plus d’un mois dans la bourbe du péché. Le divin Guide était venu l’en retirer et, doucement, humblement, comme un convalescent, mon ami avait repris la route vers le sommet.

Mais voilà que, peu après, un matin, au premier instant de conscience, la pensée d’accomplir son temps d’oraison lui semble insupportable. Une heure de silence ? En tête à tête avec ma misère ? Et ce Jésus qui ne parle pas… L’envie d’abandonner le reprend, le dégoût de la prière l’envahit. A quoi bon ? « Et si tu le faisais juste pour Moi ? » L’idée vient de lui traverser l’esprit. Oui. Oui, je vais le faire juste pour Jésus, pour l’aider à porter sa croix, pour le consoler un peu. Je serai un petit cyrénéen, rien que pour une heure.

L’heure tant redoutée passa, minute après minute. Il me raconta, cet ami, qu’il avait fixé son regard sur Jésus délaissé, orphelin, rejeté. Et que jamais oraison ne lui avait semblé si douce. Et pour cause ! Il avait aimé au-delà de lui-même. En un instant, il s’était approché du sommet plus qu’il n’avait jamais réussi à le faire auparavant, du sommet de cette montagne de l’amour, que l’on appelle Calvaire. Et là, au pied de la Croix, amour et vérité s’étaient rencontrés, comme des frères ennemis enfin réconciliés. Peut-être, me suis-je alors dit, que la première montagne qu’il avait cherché à gravir n’était tout simplement pas la bonne

Foucauld BROCARD

Le séminaire a besoin de parrains/marraines

pour soutenir les séminaristes dans leur formation.
Parrainez-les !

Votre navigateur est obsolète. Merci de le mettre à jour pour visiter ce site correctement. Mettre à jour aujourd'hui !